Posts tagged: Incontournable

Le WEEK-END PROCHAIN sera un week-end d’ARTISTES et d’AMATEURS d’ART ou ne sera pas !!! … Rejoignez-nous !

Expo Foranim  Marche-de-la-creation-de-Paris-Montparnasse-5-630x405-C-OTCP_block_media_big

A Paris, dans le XVème,  TERRASSE du 48 RUE BARGUE, samedi 6 juin de 16h à 20h et dimanche 7 juin de 14h à 18h … les élèves de FORANIM exposent leurs travaux (Peintures, dessins, sculptures) … vous y êtes cordialement invités et nous serons très heureux de vous y recevoir. Le soleil s’est annoncé et devrait être de la partie. La bonne humeur aussi !

Dans le XIVème, le Marché de la création du boulevard Edgard Quinet ouvert tous les week-ends fêtera plus particulièrement le dimanche 7 juin les artistes du XIVème pour leur Journée Portes Ouvertes. Parmi eux notre ami Damiens LEBLANC à qui nous ne manquerons pas de rendre visite de 11 à 18h30 nous aussi ! … vous aussi !

Faites passer ! Faites suivre ! Faites passer !

Samedi 21 juin l’Atelier Foranim cloturait ses cours sur le Quai Saint-Bernard sous le soleil et un ciel d’azur …

  

   

  

  Plein soleil

Dure dure la vie d’un élève de l’Atelier Foranim !!!

et merci à Catherine pour avoir immortalisé ces bons souvenirs !

Vous souhaitez nous rejoindre pour la saison 2014-2015 ? cliquez sur le logo de FORANIM ci-dessous

et inscrivez-vous aux cours d’Arts plastiques d’Olivier !

Les « Toile de Lin et l’Autre » une fois de plus présents à l’exposition solidaire « Eiffel en Fête » pour l’édition 2014 …

Damiens …   

     … et Bruno

Damiens Leblanc et Bruno Laforge ont « retouché la tôle » pour « Eiffel voyage autour du Monde »

Les super nanas de Niki dans la lumière du Grand Palais ! Ombres et lumières. Tirs and tears. « Mourir pour renaître »

Coup de coeur pour les 3 graces de Niki

Les « 3 grâces » de Niki de Saint Phalle tournant sous la lumière du Grand Palais. Superbes ! Géantes, petites têtes, corps surdimensionnés et pourtant si voluptueuses, généreuses et légères dans leurs habits de couleurs et de lumière !

Et pourtant elles émergent sur un parcours plein de souffrances, de violences et de revendications. Niki de Saint Phalle c’est avant tout un cri dans la société des années 60. Ce n’est qu’en 1995, à l’âge de 65 ans, qu’elle révèle d’avoir été violé à l’âge de 11 ans par son père. Désintégration, tirs à la carabine, engagement féministe, révolte contre les institutions familiales, religieuses ou politiques. Même si la démarche n’a rien à voir entre ces artistes, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à « La porte de l’enfer » de Rodin, à Jackson Pollock, Frida Kahlo, Gaudi et le facteur Cheval … Pour le reste Niki de Saint Phalle est Niki de Saint Phalle, un hymne à la femme libérée, à l’art hors les murs ! Incontournable … même pour le vieil esthète classique que je suis !

La porte de l'enfer de Rodin Niki et Rodin Pollok Niki et Pollock

La Columna Rota de Frida Kahlo  Saint Sébastien de Niki de Saint Phalle

Après « l’Ange du bizarre » et « De l’Allemagne » l’imaginaire prend à nouveau le pouvoir au Musée d’Orsay jusqu’au 11 mai avec Gustave Doré … et c’est tant mieux !

Aigle noir prusse ... ou l'Enigme        Don Quichote 

Gustave Doré, ce ne sont pas que les Contes de Perrault … ce sont aussi de superbes aquarelles, des lavis délicats, des toiles fortes, des paysages à la Caspar David Friedrich … témoin de son temps, « Grand reporter du XIXème » … et comme lançait Emile Zola « On appelle ça illustrer un ouvrage : moi je prétends que c’est le refaire. Au lieu d’un chef-d’oeuvre, l’esprit humain en compte deux. »

Vous avez aimé « l’Ange du bizarre » et « de l’Allemagne » vous aimez Victor Hugo, Dickens, Goya … Gustave Doré est d’un romantisme et d’un réalisme qui ne pourra pas vous laisser indifférent, un travail d’orfèvre … conte d’enfants pour adultes. Certains diront que cela est d’un autre temps mais enfant je reste et de m’émerveiller je continue et continuerai sans m’inquiéter … allez … laissez-vous aller avec la petite vidéo www.youtube.com/watch?v=4yd1lRAs1F0

Quand Camille Claudel sort de ses réserves … on aurait aimé qu’elle n’y retourne pas ! … alors il n’est pas trop tard pour aller admirer « Rodin à la lumière de l’Antique » jusqu’au 16 février !

     La Valse        

Du marbre lisse et de la douceur du buste de « La petite Châtelaine » à l’âpreté de la figure décharnée et baudelairienne de la Parque « Clotho » en passant par cette superbe « Valse » et le groupe de « L’Âge Mûr » … quelques 22 œuvres de Camille Claudel ont été sorties des réserves du Musée Rodin … il ne fallait pas les manquer.

Trop tard pour vous ? Dommage certes, mais consolez-vous avec Rodin à « La Lumière de l’Antique » remarquable voyage d’une civilisation à une autre, l’histoire d’une inspiration, fruit d’une passion … l’Antique est ici une bien belle lumière dans tous les sens du terme … et on ne peut résister au désir de croquer, croquer et encore croquer !

         

POLIAKOFF : L’oeuvre d’art doit participer de la forme organique afin de demeurer vivante …

Catherine Piquet et Ghy ont adoré et nous racontent : Il s’agit bien de cela dans cette magnifique exposition au MAM, d’un rapport direct, viscéral et sensuel à la matière. Deux mots reviennent souvent pour caractériser son œuvre : Lumière et silence.

Lumière : Est ce l’effet de l’utilisation de pigments purs broyés et de couches savamment superposées ? Qu’importe la technique le résultat est extraordinaire une surface vibrante d’où émane une lumière intérieure qui bouleverse …. L’accrochage, plein d’intelligence nous conduit du clair à l’obscur afin de renforcer cet effet.

Silence : La grande difficulté pour un artiste est de savoir s’arrêter …. Poliakoff avait sa technique, Il disait savoir s’arrêter de peindre quand la toile devenait silencieuse « Un tableau est réussi quand il devient silencieux …une forme doit s’écouter et non pas se voir… »  Ce silence on le ressent profondément nous aussi, il s’impose, c’est un silence plein de vie qui nous transporte dans un autre espace ….un espace que l’on pourrait qualifier de méditatif. Vous l’aurez compris cette exposition parle aux sens et à l’âme bien avant le mental et permet d’établir une proximité incroyable avec l’œuvre.

Ne manquez surtout pas le film en fin d’exposition il vous permettra de découvrir une personnalité extrêmement attachante … Jamais 2 sans 3 ! Notre amie peintre Maureen MAZAR qui a elle aussi eu le privilège d’admirer cet accrochage note que la symphonie des couleurs, très pures, crée une atmosphère particulière qui participe au sentiment de bien être.

LouiseBrooks theme byThemocracy